Je préfère déjeuner

Le jeûn… l’un des sujet le plus délicat à aborder d’autant plus quand on est blogueuse. Mais je voulais aujourd’hui m’y risquer car le jeûn fait partie entière de ma routine… alimentaire. J’ai longtemps hésité a rédigé cette article car me concernant il gravite autour d’un sujet délicat : l’image de soi

Alors c’est parti je vous explique tout sur le jeûn, de la prise de conscience que j’ai à la pratique de ce “régime alimentaire”.

 

Préambule

Dans ma famille on me rabâchait toujours que manger permettait d’être en bonne santé. La soupe fait grandir, manger des carottes rend aimable et te permet d’être bronzé… Bref on te ferai croire n’importe quoi pour te faire manger de tout. Ah la diversification alimentaire ! On te l’apprend dès le plus jeune âge mais parfois ce n’est pas une réussite.

Etant plus jeune, les repas étaient un rituel qui devait avoir lieu à heures fixes, sur une table bien dressée, qui se déroulait en famille et surtout qui devait impérativement se composer d’une entrée, d’un plat et d’un dessert. Autant vous dire que les repas duraient longtemps mais n’étaient pas désagréables pour autant.

De ce que je me souviens, la nourriture était quelque chose de sacrée dans la famille; pas de grignotage autorisé, pas de gâteau industriel… Bref la bouffe c’est sacré, on ne plaisante pas avec ça !

Tout s’est gâté lorsque j’ai été en âge de dire merde à mes parents (attention tout en étant respectueuse, hein !) et de manger selon mes envies. J’ai toujours adoré manger. Mais au fil des années j’ai découvert la nourriture autrement. Malgré toutes les recommandation de mes parents, j’ai toujours eu un gros penchant pour la bouffe grasse, la bouffe en grande quantité et surtout je pouvais manger n’importe quand et n’importe où. Manger sur une table: Pour quoi faire ? Allongée dans son lit avec son ordinateur c’est bien mieux ! Bref comme vous pouvez vous en douter j’ai au fil des années pris de mauvaises habitudes alimentaires et à un moment le corps ne te fais pas de cadeau. Prise de poids, peau pas toujours au top… Bref “nous sommes ce que nous mangeons” prend tout son sens”.

Je me suis donc intéressée de plus en plus aux bonnes pratiques alimentaires non pas pour répondre à une pratique qui a le vent en poupe mais c’est surtout pour me sentir mieux, me sentir en paix avec moi même mais aussi pour apprendre à mieux connaitre mon corps, à le respecter et à le chérir.

 

 

 

Le jeûn c’est quoi ?

Le jeûn… Mais qu’est-ce que cette bizarrerie qui nous empêche de manger pendant 2, 3 voir 5 jours ? Le jeûn consiste à s’abstenir de manger tout aliment solide et ne boire que de l’eau et du thé vert sur une période relativement courte. Pour ma part je fais des jeûn de 2 à 3 jours pas plus. Le but principal n’étant pas de perdre un os mais simplement de réapprendre à manger par la suite (ça peut paraitre bizarre je sais) et d’en apprendre plus sur mon corps. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le corps est bien surprenant à tous les niveaux, il est capable de repousser les limites et de nous le rendre bien après une période de jeûn de 3 jours.

Note importante: Il est essentiel de choisir la bonne période et les bons jours pour faire son jeûn. Pour ma part je jeûne à chaque fois que mon corps en ressent le besoin et je jeûne toujours en début de semaine afin de me laisser le temps avant le week end pour dé-jeûner correctement

 

Le déroulement du jeûn

Jour 1: Le 1er jour de jeûn est de loin mon préféré tout simplement parce que pour ma part la faim ne se fait jamais ressentir le 1er jour et que je suis en pleine forme. J’en profite alors lors de chaque début de jeûn pour méditer le matin et faire mon cours de pilates le soir. Comme je choisis de faire le jeûn lorsque je travaille, la journée passe toujours très vite. Mon esprit et ma tête étant toujours en mouvement, mon corps ne ressent pas la faim puisqu’il est occupé toute la journée.  Je m’octroie tout de même des pauses régulièrement pour me vider la tête et bois du thé vert régulièrement (seul liquide autorisé en cette période avec l’eau). Je profite aussi de cette période de jeûn pour acheter du thé vert de bonne qualité dont je n’ai pas forcément l’habitude d’acheter. Mon thé préféré dans cette période est sans nul doute me thé des impressionnistes de mariage frères qui sent divinement bon grâce à ses notes fleuries et son goût vanille.

Jour 2: C’est au deuxième jour de jeûn que ça se gâte. Je ne ressens pas la faim le deuxième matin jusqu’aux environs de 11h mais après badaboum… la fatigue commence à s’installer et c’est en général au deuxième jour que je me rends compte que manger me manque. C’est vraiment un ressenti bizarre car je n’ai pas spécialement faim mais je me rends compte qu’on mange très souvent par habitude. Je m’explique: je n’ai pas faim lors d’un jeûn mais ne pas manger me manque, c’est une habitude de manger le midi, le soir et quand on ne mange pas on fait quoi ? C’est la question que je me suis posée pendant longtemps à chaque deuxième jour de jeûn. Alors peut importe que je sois au bureau, je m’octroie quelques instants pour méditer, pour lire des livres qui m’inspirent lors de la pause de midi et si je peux je lève un peu le pied pour sortir un peu plus tôt et m’aérer la tête avant d’aller au pilate. Et lorsque je sors du pilate à 21h30 je peux vous dire que je prends une douche et file au dodo rapidement. Si j’arrive à très bien dormir le 1er jour d’un jeûn, c’est un peu plus chaotique pour le 2ème: Je suis fatiguée mais pourtant je n’arrive pas à trouver le sommeil et quand je le trouve je me réveille très souvent dans la nuit. Allé vivement le 3ème et dernier jour de jeûn (youyou !)

Jour 3 (facultatif): Je n’ai pas toujours jeûné pendant 3 jours, parfois je m’arrêtais à 2 jours si vraiment la fatigue avait pris le dessus. J’ai quelques fois eu des vertiges au réveil en ce 3ème jour de jeûn et si tel est le cas je décidais de rompre le jeûn tout simplement car mon corps me faisait comprendre que ce n’était pas une machine de guerre. Il est vraiment essentiel d’écouter son corps et même si c’est plaisant de pouvoir dépasser ses limites il ne faut pas faire n’importe quoi non plus. Les fois où mon corps me donnait le feu faire pour jeûner je levais vraiment le pied, la fatigue étant quand même bien présente il faut le dire. Ce n’est pas la faim qui est le plus difficile c’est toujours l’ennui, l’ennui de ne pas pouvoir partager son repas avec ses collègues, de rester toute seule au bureau entre midi et deux. Mais la bonne nouvelle c’est que c’est le dernier jour et tu sais que le lendemain tu pourras remanger et c’est très motivant !

 

Rompre le jeûn: mode d’emploi

Paradoxalement j’ai toujours une appréhension à rompre le jeûn. Car clairement tu ne fais ps 3 jours de jeûn pour te jeter sur une côte de boeuf tout de suite après. Il est essentiel de reprendre une alimentation équilibrée par la suite tout simplement pour habituer son corps à remanger. J’ai tendance à dire que rompre un jeûn doit se dérouler sur la durée du jeûn. Si tu as jeûné pendant 3 jours, il te faudra 3 jours pour rompre le jeûn. Ainsi au cours de cette période je n’intègre pas tous les aliments: je ne mange pas de féculent, pas de protéine animal, pas de gâteau ou biscuit en tout genre. Je privilégie les fruits, les légumes, les produits végétaux… Bref tout ce que le corps peut digérer facilement. Il ne faut pas oublier que le corps a été privé de nourriture pendant 2 à 3 jours, il faut donc l’aider à reprendre un rythme alimentaire spécifique.

***

Comment se sentons-nous après un jeûn ? Je vous répondrai parfaitement bien ! Pour ma part je me sens vraiment en accord et en paix avec mon corps les jours qui suivent le jeûn, l’avoir habitué par la suite à une alimentation équilibrée en rompant le jeûn me fait un bien fou et mon corps me le rend bien. L’odeur du café du matin, dormir comme un bébé, retrouver une peau éclatante et sans imperfection. Bref quel bonheur.

En moyenne je perds 3 kilos lors de mon jeûn que je reprends au fil des semaines. Mais le principal n’est pas là, le principal n’est pas de savoir combien de kilos nous allons perdre, si nous allons oui ou non les reprendre. Le principal est de se retrouver en paix avec son corps, en paix avec sa tête et de profiter de ce jeûn pour repartir d’un bon pied et de reprendre une bonne hygiène de vie et une bonne alimentation. Voilà simplement ce qui me motive à jeûner et voilà aussi la raison pour laquelle je fais des périodes de jeûn à chaque fois que mon corps en ressent le besoin.

 

J’espère que ce pavé vous aura aidé à mieux comprendre le jeûn, celui ci étant propre à chacun je ne sais pas si cet article répondra aux attentes de chacune d’entre vous mais en tout cas ça a été un vrai plaisir à rédiger !

 

Des bisous

 

 

Suivre:
Partager:

1 Commentaire

  1. 28 mai 2018 / 11 h 28 min

    Charlotte, thanks a lot for the post.Really thank you! Much obliged.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *